L'art et le savoir...

« BABEL RÉINVENTÉE »

 

LA STRUCTURE

 

- 3m50 dans sa partie centrale la plus haute, 4,20 m sur la partie la plus longue de sa largeur et 4m de profondeur entre la face et l’arrière.

- Elle possède un habitacle intérieur qui est la continuité de l’œuvre extérieure, avec une porte (camouflée) qui permet d’y entrer.

 

- L’intérieur est peint et animé avec des titres de livres et des noms d’auteurs.

Il y est diffusé un film d’animation : une mer matricielle sur laquelle « je tu nous moi ils vous » des pronoms dansent, et laissent apparaître un « Nous » qui prend toute la place. Puis arrivent des mots de la vie qui s’écrivent sur l’écran avant de terminer sur Babel réinventée et ces mots « au commencement était le verbe… »

 

- L’extérieur ressemble à des livres assemblés d’une façon informelle, mais dans un équilibre artistique des volumes et couleurs. 

Des lettres en relief sont posées un peu partout. 

Sur le côté à gauche, à hauteur d’yeux, il y a un livre, le livre de l’homme.

 

« Babel réinventée »  a pour objectif de remettre le mot et le livre dans la vie des hommes, mais aussi de démontrer que le mot n’est pas figé par l’histoire, mais qu’il se transforme, est ludique et coloré, vivant. Joyeux.

 

 

 

Pourquoi cette nouvelle Babel ?

A l’heure du tout numérique et de technologies qui isolent l’humanité et séparent les hommes, remettre le mot et le livre au centre de la vie, est une nécessité sociale. Vitale. Qui nous concerne tous.

Un challenge aussi. 

Mais, comment ne pas avoir envie au travers de ce que chacun d’entre nous sait faire, de ne pas transmettre ce savoir des mots, avec la connaissance qu’ils portent et qui seule peut nous permettre d’être plus aptes à vivre dans un monde devenu incohérent, où plus personne n’écoute et n’entend faute de ces mots qui ouvrent à l’autre ? 

Comment alors que les idéologies et les valeurs nobles se pervertissent en dictature et terrorisme, où la jeunesse cherche des issues à son désenchantement, peut-on ne pas vouloir transmettre « le mot et le livre » pour conjurer les peurs de vivre et réactiver l’espoir en l’humain, aujourd’hui égaré ?

 

 

OBJECTIFS DE « BABEL » 

 

L’idée essentielle et première est que chaque personne devant cet assemblage de livres soit d’abord amenée naturellement, comme une évidence, à la nécessité de transmission du savoir, ce que font les livres, mais sans leur austérité, avec la beauté de couleurs et de lignes contemporaines ainsi que du mouvement déstructuré du module.

La dimension physique de l’oeuvre, par sa hauteur, ramène elle à la noblesse des livres, à ce que nous leur devons d’évolution et de partages. D’humanité, d’esprit, de conscience en nous. De liens.

 

  • Créer un, ou des événements autour du livre, aujourd’hui en danger comme à chaque mutation ou transformation de société en donnant la possibilité à cette structure d’être exposée et vue le plus largement possible. 

  • La déplacer là où il est nécessaire de rappeler que les mots, le mot est l’ami de l’homme et sa colonne vertébrale. 

  • Mettre le savoir à la portée de tous et le donner à tous. Remettre le mot et le livre partout où ils sont oubliés, dans nos villes, nos villages et sur les places à côtés des fontaines. 

  • Pour voir enfants et parents entrer dans le livre comme dans une cabane de jeux pour y découvrir des titres et des auteurs, s’asseoir et lire peut être, et dans cette matrice originelle, devenir livre dans le livre. 

  • Pour la connaissance que seuls les mots et les livres portent ; peuvent faire que sans peur de nos différences, vous et moi soyons nous, et tous à la fois.

 

« Babel réinventée »  a pour objectif de remettre le mot et le livre dans la vie des hommes, son objectif est aussi de démontrer que le mot n’est pas figé par l’histoire, mais qu’il se transforme, est ludique et coloré, vivant. Joyeux.