Romans et chemins de traverse...

ROMANS

Interview de Louise Gaggini par Estelle Verner - Platinium Magazine

photo couv 24x24 b  - copie.jpg

"Les enfants sont la mémoire des hommes"

2007 - Editions Multitudes

"Artiste complète, Louise Gaggini signe et réunit dans ce livre d’art tout ce qu’elle est et tout ce qu’elle aime. Texte, peintures, graphisme, musique, voix, pour un conte philosophique à l’intention des hommes et des enfants. Un parcours poétique et parfois violent sur ce qu’est être un enfant aujourd’hui, toute identité confondue.

 

Ce livre pour lequel elle a un accord avec l’Unicef, à qui elle va reverser l’intégralité de ses droits de texte, est un livre pour tous les enfants du monde.

Développer une réflexion en amont et générer de l’argent sur le terrain pour le pain et l’éducation.

Par sa diversité de conception et sa dimension universelle, hors du registre de la littérature traditionnelle, le livre de Louise Gaggini se situe au-dessus des clivages et des clans, et on le juxtapose unanimement à celui du Petit Prince et de nombreux soutiens institutionnels, hors liens politiques ou culturels, font le vœu que ce livre devienne une référence.

Si l’amour ne nous sauve pas, l’art le pourra peut-être, dit Louise Gaggini, et avec « Les enfants sont la mémoire des hommes », c’est sûr on a envie d’y croire."

 

Marie Dubois : Attachée de communication - Editions Multitudes

la-resultante-ou-claire-d-algerie-978285

"La résultante ou Claire d'Algérie"

2004 - Editions Caractère

Sélection du Prix Emmanuel Roblès, 2004

Sélection du Prix Méditerranée, 2004

Sélection du Grand Prix Littéraire de la Francophonie, 2004

Sélection du Prix Méditerranée des Lycéens, 2004-2005 

Sélection du premier Roman à Laval : Lycéens et grand public, 2004

"Lorsque j'ai abordé Louise Gaggini, La Résultante, je venais de terminer la lecture du Pianiste, de Wladislas Szpilman, et je me demandais quelle voix amie allait m'arracher au tourbillon de désespoir où m'avait plongé le partage de cette expérience terrible.

La Résultante m'a répondu.

Comme les torrents descendus des monts de Provence ou de Toscane et des hauteurs gitanes, les fils de son destin se sont noués et entremêlés tout au long de l'histoire, elle aussi romantique et passionnée, de la France en Algérie, depuis la prise de Constantine jusqu'aux arrachements de l'indépendance prolongés dans l'effervescence de mai 1968.

Dans son silence initial, fruit des amours paradoxales de parents irremplaçables, l'enfant Claire mûrit inconsciemment en construisant l'avidité de l'adolescence, vers qui vont venir les sensations multiples, les odeurs, les couleurs, le bleu surtout et puis la diversité des talents.

Dans son silence initial, fruit des amours paradoxales de parents irremplaçables, l'enfant Claire mûrit inconsciemment en construisant l'avidité de l'adolescence, vers qui vont venir les sensations multiples, les odeurs, les couleurs, le bleu surtout et puis la diversité des talents.

Entre un père qui donne et une mère qui rejette faute de pouvoir posséder, le livre chante les origines, rythme l'apprentissage de la vie et, d'un confluent à l'autre, conduit à l'estuaire et à la mer de la maternité, ouvrant avec Cléa, seconde résultante, une nouvelle étape dans ce parcours des générations.

Plutôt que la fresque et son risque d'emphase, Louise Gaggini a eu raison de choisir la forme tendre, poignante et exultante de la musique de chambre où l'on entend, derrière le chant d'amour au père et à l'Algérie voluptueuse et meurtrie, la prière intime qu'elle adresse à l'avenir et à l'univers. Cette Résultante nous interroge, nous attire, nous embrasse, nous emporte et nous laisse, sans nous abandonner, dans la douceur de l'émotion et dans l'impatience d'un nouveau voyage."

 

Préface de Dominique Bernard 

couverture-invivo.jpg

"In Vivo"

2015 - Edition Edilivre.

"Comment évoquer ce roman sans s'attarder quelques instants sur son auteur ?
Louise GAGGINI est une étoile filante au firmament, née de la lumière sacrée de Toscane, du soleil de Méditerranée et de la judaïté, fille du soleil et de l'humanité.
À cette interrogation qui fonde l'humilité des êtres et qui nous conduit à nous demander s'il est concevable de cumuler tous les talents, elle répond avec grâce, éclectisme et une féminité aussi renversante qu'ancrée dans la terre.

C'est avec une intelligence hors du commun, finesse, et une sensibilité exacerbée que, tour à tour et toujours avec le même bonheur, elle s'adonne à peindre ou à sculpter, qu'elle est musicienne, journaliste, éditorialiste arrimée à son époque, commentatrice éclairée et finalement, authentique écrivain.
Au coeur de son oeuvre multiple et engagée, il y a l'amour et ces milliards de particules qui la relient au ciel et au «divin».
Avec IN VIVO, c'est de cet amour qu'elle choisit en voyage et comme le fil conducteur, qui seul, donne du sens à la vie, qu'elle entend parler à nos coeurs.

In Vivo est une belle histoire, qui bouscule les morales, dérange l'ordre établi. Elle enjambe les tabous, de l'âge, de la sexualité, du travers des hommes et du désir des femmes.
Finalement, si elle se termine, elle échappe au malheur et à la destruction, pour renaître à l'apogée de la vie, comme la résultante de cette même vie qui lui a donné corps et qui irrigue le récit.

Elle déroule les surprises et les pièges, sans jugement, mais sans éluder pour autant les déterminismes de l'amour, ses enjeux et ses sinuosités. Ce qui heurte ou qui dérange éventuellement nosconsciences, qui bouscule nos préjugés, devient beau, mais ce n'est pas parce que ce peut être beau que le formidable pari de l'amour est gagné pour autant, du moins formellement.
Comme incrusté dans le courant de l'histoire, Louise GAGGINI livre ici les tourments de l'écrivain, qui irriguent constamment le récit. L'écriture qui taraude, qui hésite, la question de son sens, son impérieuse nécessité confrontée au néant de la multitude...

Louise GAGGINI nous invite à aimer ce doute en filigrane et toute la complexité d'être artiste, écrivain, entre la folie, le narcissisme, l'égocentrisme, le don de soi, l'espérance et l'incarnation de l'amour dans le cosmos.
Elle éclaire notre lecture de cette petite lumière qui guide les pas de Laura sur le chemin de ses vies d'amoureuse et d'écrivain enchevêtrées, cette petite lumière que son père a posée sur sa route pour l'éternité et qui la mène irrémédiablement à la vie.

Dans un monde qui a profondément redistribué le rôle et la fonction des sexes, l'auteur nous propose de réconcilier les hommes et les femmes, tout en affirmant avec empathie et tendresse ce manque quiaffuble les hommes par nature, qui ne connaîtront jamais l'enfantement, et qui resteront par destin, incomplets, et à jamais soumis à la beauté et à la félicité des femmes.
Le regard bienveillant d'une femme libre qui est aussi une femme «emme » est d'un grand réconfort et merveilleusement apaisant.

La nature, les sens, le désir, forment un tout indissociable, une force vitale où tout s'entremêle. Le style de Louise GAGGINI parle délibérément au coeur, va droit au but, mais pour alerte qu'il soit, il laisse peu à peu la plus grande place à l'émotion brute, et c'est un peu étourdi qu'il faut reposer ce livre où se confrontent la rêverie, l'intime et l'universel, jusqu'à faire vaciller nos certitudes."


Préface d'Olivier Aron

photo couv de dernire anne avant le bac.

Dernière année avant le bac

2001 - Editions Multitudes

S’il n’y avait le bac qui les fait flipper, les parents qui divorcent, les vieux qui les draguent, la pollution, les vaches folles et le sida. Heureusement il y a les copains avec lesquels ils partagent tout. Cyniques, drôles, combatifs, émouvants, ils vivent encore leur vie comme jouent les enfants. Du lycée à l’amour, à la drogue, au jeu de la vérité, jusqu’à…
 
Le monde de la jeunesse comme il n’a jamais été approché. Jubilatoire et terrible. A lire absolument si on a des enfants.

couv_demain.jpg

Demain, comment ce sera vraiment ?

2008 - Editions Multitudes

Prolongement du précédent roman "Dernière année avant le bac", "Demain, comment ce sera vraiment ?" relate la vie et la quête de la petite tribu d'adolescents du premier livre.

Un avenir obscurci par des crises économiques et sociales. 

Du réchauffement climatique au terrorisme et alors que le monde explose sous les guerres et les armes, et que l'eau submerge les terres, nos ex adolescents cherchent des issues pour vivre, quand même. 

 

Louise Gaggini, artiste aux multiples talents (écrivain, peintre, sculpeur, musicienne) est l’auteure de nombreux dossiers pour la presse écrite et télévisée et entre autres livres, d’un conte philosophique et contemporain “ Les enfants sont la mémoire des hommes ” à destination des adultes, mais pour les enfants du monde puisqu’elle reverse l’intégralité de ses droits d’auteur à l’Unicef.

couvtrace.jpg

"La trace"

Marignan Editions

Artiste aux multiples facettes, Louise Gaggini (peintre, sculpteur, auteur et musicienne) a depuis quelques années développé des techniques personnelles sur l’opacité et la fluidité des matériaux dont l’amalgame donne à ses couleurs des densités nuancées et fragiles, émouvantes qui surprennent l’âme autant que le regard. Des tableaux où les transparences flirtent avec la matière brute et dont l’intensité lumineuse nous approche de cette création, cette aube d’un monde qu’elle voudrait retrouver et transmettre. La trace et l'enfance, des thèmes récurrents pour Louise Gaggini dont l'oeuvre nous entraîne sur des chemins sans balise où se perdre semble n'avoir d'autre but que de nous faire toucher à des rivages inédits qu'elle nous offre de rencontrer au travers de tableaux et de peintures sur lesquels  les mots et les phrases courent et s'interposent dans une dispersion éclairée. Des univers et des sentiers qu'elle nous suggère de parcourir, mais dans lesquels, en fait, jamais l'on ne se perd vraiment. Au pire l'émotion est trop forte, mais on en revient apaisé et convaincu que le monde, notre monde est beau.

 

        ...et la trace de ce qui est.

 

Une perception, une vision qu'elle aurait de l'indicible et de l'insondable qui donne à ses couleurs et à ses tableaux une grâce singulière où l'art voisine avec le divin. Où la sobriété, parfois l'austérité et la gravité, avec la douceur d'une universalité à portée de mains. Le divin et l'universalité, des thèmes aussi importants pour elle que la trace et l'enfance, et dont son travail est imprégné ; que certaines de ses toiles imposent ainsi que des évidences. Mais d'”Avant” un tableau dont les bleus se déclinent à ne plus pouvoir les nommer et dont on veut, en vain, capturer la profondeur, à la somptuosité d' “Effervescence” qui est de la fusion, en passant par “Au commencement” ou “My life for life”, pas une couleur, un mot, une ligne, une forme, qui ne nous ramène à une universalité où la chair et l'esprit sont enfin réconciliés. Louise Gaggini, artiste dont la modernité jaillit des peintures, des sculptures, mais aussi des romans qu'elle écrit, navigue avec aisance entre hier et aujourd'hui, entre avant et après dans une intemporalité qui nous rassure et nous lie à notre histoire. A l'histoire d'une humanité qu'elle entrevoit différemment et nous redonne avec talent. La trace de ce qui fut et qu’elle magnifie sur la toile.

Les essais ancrent l'illusion au réel.

ESSAIS

3 drogues et- Toxicomanies, paroles de jeunes, 1998 - Editons ADISC toxico verso.jpg
5_sang_contaminé.jpg
6_guerre_bactériologique_.jpg
4 sida.jpg
1_j'ai_mal_à__la_terre.jpg
2_quelle_école_demain_verso.jpg
- Toxicomanies, paroles de jeunes, 1998 - Editons ADISC